Le bal des préjugés

Publié le par égalité

L'anniversaire médiatique des révoltes de l'an dernier ne sert qu'à alimenter le délire sécuritaire, qui - c'est bizarre - ressort toujours à quelques mois de la présidentielle.

Pour rappeler quelques vérités, 3 courts extraits pris du Monde du 25 octobre 2006 :

« Sofiane, 20 ans, une gueule d'ange qui prépare des concours de la fonction publique, évoque un sentiment d'insécurité permanent face aux forces de l'ordre. »
« "Pendant un contrôle, vous pouvez vous prendre des claques, des insultes. Les flics viennent dans la cité et ils peuvent vous coller n'importe quoi sur le dos. Vous pouvez jamais savoir ce qui va vous arriver." Mieux vaut s'enfuir en courant que d'être contrôlé, disent la plupart des jeunes. »
« "L'autre fois, la police a fait allonger les jeunes par terre devant l'immeuble. Avec leurs chiens, ils les ont humiliés, volontairement." Des témoignages repris par d'autres voisins, atterrés par l'attitude de la police, des CRS en particulier. »

Petite remarque en passant : bien qu'étant "jeune de banlieue", personne ne m'appelle jamais comme ça. La couleur de peau, peut-être ? Une vérité politiquement incorrecte en ces temps où le racisme est "décomplexé" : quand la droite revient à ses vieux démons (au siècle dernier c'était l'antisémitisme, puis le racisme anti-italiens, ainsi de suite...), et flatte les vieux préjugés, la france est bien rance...

Publié dans egalite

Commenter cet article