Quelle extrême-gauche ?

Publié le par égalité

Le terme "extrême-gauche" recouvre aujourd'hui l'ensemble de la gauche qui milite pour en finir avec le capitalisme et toutes les oppressions. Ce qui ne fait en fait pas très lourd, notamment en terme d'organisations.

Malgré tout, l'extrême-gauche est plurielle. C'est positif, mais trop souvent des erreurs voire mensonges du passé ont encore cours - le mort domine le vivant.
Etre fidèle à une "tradition" révolutionnaire, c'est être fidèle aux luttes collectives de la base, et pas à la parole de certains militants, dont les écrits doivent toujours être passés au crible de l'esprit critique le plus libre.
On peut et on doit à la fois être tournés vers l'avenir, tout en connaissant notre passé et en en tirant toutes les leçons. Par exemple, l'immense majorité des "marxistes" du 20e siècle étaient en net recul par rapport à Marx sur des sujets comme la démocratie, la nature de la révolution, le salariat, etc... Ce large recul, qui est souvent allé jusqu'à la trahison pure et simple, était clairement une dérive vers la droite.
Pour être pleinement tournés vers l'avenir, il faut être au clair sur ce qui nous a précédé.

Notre objectif doit être le dépassement des dominations politiques et économiques par une révolution sociale mondiale. C'est à l'ensemble du mouvement mobilisé d'être collectivement acteur, penseur, et leader du changement de société.
Une extrême-gauche qui se veut pleinement démocratique et efficace ne peut que se baser sur l'énergie et la créativité qui émerge des luttes.
Cette extrême-gauche aurait pour but d'informer, d'analyser, et de participer - sans prétendre diriger - aux luttes, au mouvement d'abolition du capitalisme, et à la conquête de la démocratie.
Il reste, là aussi, beaucoup à inventer.

Publié dans egalite

Commenter cet article